Astronomie : dernières nouvelles du ciel

Le 17/12/2003 à 20h30
Lieu: Le Beaujolais
Intervenants:
Cyrille Lips : Professeur de philosophie
Pascal Chardonnet : Maitre de Conférence 1
Pierre Kern : Ingénieur de recherche CNRS Laboratoire d'Astrophysique Observatoire de Grenoble BP 53 38041 Grenoble Cedex9
Fabien Malbet : Chargé de recherches CNRS
Frédéric Mansort : Vulgarisateur scientifique formateur et animateur en astronomie

Résumé:

    L’astronomie est paradoxale. C’est sans doute une des plus vieilles sciences pratiquées par l’humanité. Les connaissances antiques des babyloniens, des égyptiens et des grecs, sans parler des chinois et des civilisations amérindiennes, étaient formidables. Par exemple, les Égyptiens furent sans doute les premiers à découvrir que le Soleil se retrouve à la même position par rapport aux étoiles en approximativement 365 jours et ils adoptèrent le calendrier annuel vers le IVème millénaire av. J.-C. Dès le IIème millénaire avant J.-C., les Babyloniens avaient répertorié les cinq planètes visibles à l'œil nu (Mercure, Mars, Vénus, Jupiter et Saturne), et ils connaissaient suffisamment bien les mouvements du Soleil et de la Lune pour prévoir avec un succès relatif leurs éclipses, comme en attestent des centaines de tablettes cunéiformes.

Mais l’astronomie est aussi une science très moderne qui profite pleinement des progrès très récents des théories et des techniques. Une grande partie de l’observation du ciel se fait maintenant à partir de l’espace, par exemple, mais non seulement, avec le télescope Hubble. L’astronomie terrestre est aussi en pleine effervescence grâce aux télescopes interférométriques installés aux sommets des montagnes les plus élevées, et aux télescopes à miroirs adaptatifs dérivés des techniques militaires. En conséquence, les découvertes extraordinaires se succèdent actuellement à un rythme de plus en plus effréné. On connaît maintenant l’existence de 120 planètes qui gravitent autour d’étoiles autres que le Soleil, on sait qu’un trou noir gigantesque et affamé occupe le centre de notre Galaxie, on observe des galaxies situées à des milliards d’années lumière de la Terre, galaxies qui se regroupent, qui s’entre-dévorent…

La liste de ces découvertes très récentes est très longue et ne peut être donnée ici. Venez en discuter, au café scientifique du 17 décembre, avec des astronomes et astrophysiciens professionnels qui vous rapporteront des derniers potins du ciel, mais aussi avec des astronomes amateurs, qui en plus de la joie sans cesse répétée d’observer le ciel, apportent leur contribution indispensable aux progrès des connaissances.

Affiche de ce café :  [affiche pdf]
Enregistrement sonore :  [partie 1] [partie 2] [partie 3] [partie 4] [partie 5]
(Aide : 
comment lire ces fichiers ?)


Photos prises lors de la soirée:
« Retour aux archives