Du principe de précaution au risque 0 : L'impossible défi

Le 18/10/2000 à 20h30
Lieu: Le Beaujolais
Intervenants:
Geneviève Pignarre : Professeur de droit
François Valla : Ingénieur de Recherche au CEMAGREF
Hervé Nifenecker : Conseiller Scientifique, spécialiste de l'énergie

Résumé:

    A peine le prion, le vecteur de l'encéphalite spongiforme bovine, a-t-il été suspecté de pouvoir induire chez l'homme une forme nouvelle de la maladie de Kreutzfeld-Jacob, que des mesures draconiennes de contrôle et de restriction des ventes de viande bovine ont été prises. Principe de précaution oblige ! L'augmentation depuis le début du siècle, d'environ un degré, de la température moyenne de la planète, et surtout sa poursuite dans les décennies qui viennent, est un fait acquis. Dans cette affaire, la responsabilité des activités humaines rejetant des gaz à effet de serre semble impliquée. Les divergences entre experts concernent seulement l'ampleur de cette augmentation et des évolutions climatiques planétaires à l'horizon 2050. Le principe de précaution ici ne joue pas puisque l'on sait pertinemment que mondialement les émissions de gaz à effet de serre vont continuer de croître. Pourquoi alors certains risques énormes sont acceptés des individus et de notre société tandis que dans d'autres cas seul l'irréaliste risque zéro est accepté. Venez, ce soir on parlera aussi de ce paradoxe.

« Retour aux archives